04/10/2012

Et si le MCG se servait de la prévention du tabagisme pour faire capoter la nouvelle Constitution !

Echange entre un Président d’association de prévention et son ancien médecin-directeur.

Le MCG présente ce mois un projet de loi au Grand-Conseil pour rétablir la fumée dans les lieux publics, à Genève. Apparemment, ils n’ont pas vu ou voulu voir que le 23 septembre dernier, Genève est le seul canton qui a accepté l’initiative de la Ligue pulmonaire suisse pour la protection contre la fumée passive, ce qui prouve une nouvelle fois que les Genevoises et  les Genevois sont convaincus que la norme a bien changé et qu’ils ne désirent plus être importunés par la fumée de quelques irréductibles dans les lieux publics. Les Genevoises et les Genevois ont, à la fois, pour la troisième fois, confirmé leur décision et prouvé qu’ils n’étaient pas dupes des arguments fallacieux des opposants qui n’ont pas ménagés leurs efforts pour tromper les Suissesses et les Suisses sur la prohibition totale de la fumée. Dans un esprit cartésien, on en vient même à nous demander si ce projet de loi ne poursuit pas un autre but: celui de faire capoter l’adoption de la nouvelle Constitution genevoise ! En effet, le MCG rejette la nouvelle constitution et l’on sait aussi que bon nombre de citoyennes et citoyens se posent des questions sur la pérennité des acquis tels que la LIF (Loi sur l’Interdiction de Fumer), dans la nouvelle constitution,  qui ne feraient plus l’objet d’articles en soi, comme maintenant dans l’actuel texte constitutionnel. Donc ce projet de loi ne serait-il pas un moyen d’inciter les quelques 2/3 des Genevoises et des Genevois qui ont plébiscité l’interdiction de fumer dans les lieux publics à rejeter la Nouvelle Constitution par crainte de revenir en arrière sur la protection acquise  contre la fumée passive?