08/06/2012

Allocution élection au Conseil municipal de la Ville de Genève - 5 juin 2012

Allocution de Jean-Charles Rielle à l’occasion de son élection à la

Présidence du Conseil municipal de la Ville de Genève

Session 5 et 6 juin 17h et 20h30 - Mardi 5 juin 2012 – Séance de 17h

 

 

Monsieur le Président du Grand Conseil, Cher Pierre,

Madame la Présidente sortante, Chère Alexandra,

Monsieur le Maire, Cher Rémy,

 

Chères et Chers Collègues du Bureau sortant et du nouveau Bureau

Chères et Chers Collègues,

Chères et Chers Membres du Conseil administratif,

Chères et Chers anciens membres et anciens président-e-s de notre Conseil,

 

Chère famille,

 

Mesdames et messieurs les représentant-e-s des médias,

Cher public,

Chères et Chers télespectateur-trice-s,

Chères et Chers ami-e-s,

 

 

Merci à vous toutes et tous de votre présence pour prendre acte du début de cette 2ème année de législature.

 

Tout d’abord, j’aimerai vous remercier Chères et Chers Collègues, vous qui avez soutenu mon élection et pour les quelques autres qui ont voté différemment, je vous assure de toute mon énergie pour que chacune et chacun soit respecté-e dans ce Conseil.

 

J’aimerai remercier notre présidente qui a eu le rare privilège de présider cette première année de législature, dans cette nouvelle configuration politique, à l’aide d’un nouveau règlement demandant quelques adaptations. Tu as à chaque instant pris la peine de m’expliquer tes décisions. J’ai été ton porteur d’eau, ayant contribué à ta réhydratation permanente, fonction bien normale pour le médecin que je suis. J’aimerai te dire bravo et tenter d’être aussi serein que tu l’as été. Merci Alexandra!

 

Mes remerciements vont aussi aux membres du bureau sortant, aux collaboratrices et collaborateurs du Service du Conseil municipal et à sa Cheffe de Service, Marie-Christine Cabussat.

 

Permettez-moi de saluer ma famille. Ma mère, Gabrielle, qui nous a quitté trop tôt, à 49 ans, alors que je n’avais que 17 ans et qui m’accompagne même dans l’année de mes 60 ans. Mon père René, 92 ans, 20 jours de ski cet hiver et qui vient de s’acheter sa nouvelle voiture avec une pensée pour son épouse, ma belle-mère Ginette, 87 ans, qui est momentanément hospitalisée et qui ne peut être avec nous ce soir, mon frère François, ma fille Natasha, sa maman Lydia et ses beaux-parents Marie-Claire et Georges, mon beau-fils Maxime et mes 2 petits fils Tiburce et Solal, ma belle-soeur Annelise, soeur de Laurence, tous présents à la Tribune, et mon épouse Laurence, qui siège dans ce Conseil. Un salut spécial à Mon Président professionnel Jean-Luc Forni, à Claude Duvernay, memebre fondateur de la Course de l’Escalade qui fêtera sa 35è édition en décembre prochain, aisni que M. et Mme Coulet, du Genève Natation et fidèles supporters depuis tant d’années. Sans vous je n’existerai tout simplement pas !

 

Présider une si noble Assemblée, voilà un défi que je relève volontiers. Certes la route sera sinueuse et les conditions climatiques changeantes. Certes, l’évolution de nos débats est aléatoire et certaines et certains n’hésiteront pas à enflammer pour ne pas dire parfois envenimer nos débats.

 

Je vous assure de toute mon impartialité et je demande solennellement au nouveau bureau élu de m’aider à chaque instant d’être à la hauteur de la tâche que vous nous avez confiée.

 

Je tiens, et j’y veillerai, à ce que l’on ne se sente pas personnellement attaqué-e à chaque fois que le combat restera politique et digne. Je n’accepterai entre nous ni les attaques personnelles ni les interprétations des propos d’aucuns pour monter en puissance, dans le brouhaha général. Si les propos enflammés dépassent l’acceptable, il y a l’excuse et l’amende honorable et si les propos sont pénalement condamnables, les tribunaux s’en saisiront sur plainte des victimes, mais à aucun moment, ce Conseil s’érigera en tribunal.

Je compte sur vous toutes et tous pour que ce Conseil délibère dans le respect et la dignité. Nos électrices et électeurs, mais aussi toutes celles et ceux qui, participant à l’avenir de notre Cité sans pouvoir exprimer leurs suffrages, avec ou sans papiers, attendent de notre Conseil une attitude constructive.

 

Genève n’a nul pareil ! Dans 3 jours, avec notre Maire, je recevrai au Palais Eynard, mon ami Moncef Marzouki, Président de la République tunisienne. Notamment des Genevois dont le Dr Paul Bouvier et moi-même, l’avions fait sortir des geoles de Ben Ali. La nouvelle Députée du Parlement de Myanmar, Prix Nobel de la Paix Aung San Suu Kyi, sera aussi tout prochainement dans notre Ville. Je me permets un clin d’oeil à Laurence Fehlmann Rielle, présidente de l’Association Suisse-Birmanie, qui a son siège à Genève.

 

Comme vous pouvez le voir, être élu-e de la Ville de Genève, est un privilège et un honneur à ne pas galvauder. Non seulement, nous devons nous mêler des affaires de ce monde, chaque fois que la liberté est en danger, mais aussi défendre nos propres libertés, notamment protéger les enfants, combattre le chômage, gangrène des liens sociaux et être solidaires de nos aîné-e-s. Nous devons nous battre pour des finances saines garantes du soutien social, culturel et sportif. Nous ne devons pas avoir peur de parler de sécurité, qui pour moi fait partie d’une saine santé psychique et physique. Nous devons être en alerte quant au développement durable, à la mobilité, au logement et à l’aménagement.

 

Parfois, on nous reproche, en regardant nos plénières sur Léman Bleu, de donner une image difficile quant à nos débats. J’aimerai dire ici clairement que nos travaux en Commissions sont sérieux, respectueux et les rapports qui sont rendus le plus souvent d’une très grande qualité. L’aspect « théâtral » de nos plénières contrastent ainsi parfois avec tout ce travail. Ainsi va la vie de tout Parlement, qu’il soit bernois ou genevois !

 

Je me réjouis de présider, une année durant, ce Conseil municipal de la 2è ville de Suisse! Je me réjouis, à la rentrée scolaire, de vous emmener sur le chemin de mes origines, soit les bourgeoisies de Sion et Grimisuat et de refaire avec vous, en car postal, la route Grimisuat-Sion. En effet, le 15 mai 1928, un véhicule de six places appartenant à mon grand-père paternel, François Rielle, pionnier des transports publics valaisans, inaugura la ligne Sion-Grimisuat-Ayent à raison de deux courses journalières.

 

Pour terminer, en cette année du Tricentenaire de la naissance de Jean-Jacques Rousseau, ces 3 citations à méditer:

Pour connaître les hommes, il faut les voir agir.

et

J’aime mieux être un homme à paradoxes qu’homme à préjugés.

tirées du Emile ou de l’éducation et

 

Suffit-il de n’être jamais injuste pour être innocent?

tirée des Rêveries du promeneur solitaire.

 

Je vous, nous souhaite une excellente soirée et, dans moins d’un mois, de belles Fêtes de la musique, des Promotions touchantes, des événements sportifs de qualité comme le Triathlon International de Genève, et un été radieux avec ses Fêtes de Genève et son 1er août!

 

Je vous remercie de votre attention et vous convie maintenant à descendre dans la Cour de l’Hôtel-de-Ville écouter la Musique de la Croix-Bleue genevoise, petit clin d’oeil à la prévention et au remarquable travail, souvent bénévol, de ses membres. Nous remonterons ensuite pour un apéritif dînatoire et dès 20h30, nous poursuivrons nos travaux, avec les questions.

 

Je vous remercie de votre confiance!