• Lettre ouverte à Mme la Présidente de la Confédération Suisse. Coronavirus, le Conseil fédéral, manifestement, n’est pas d’accord !

    Lettre ouverte1 à Mme la Présidente de la Confédération Suisse (Par courriel)

    Coronavirus, le Conseil fédéral, manifestement, n’est pas d’accord !

    Genève, jeudi 26 mars 2020

    Madame la Présidente de la Confédération,

    Dans lematin,ch du vendredi 20 mars2, avant la Conférence de Presse du Conseil fédéral, on pouvait lire: « Les discussions au sein du Conseil fédéral concernant la suite à donner aux mesures visant à lutter contre la propagation du coronavirus font l'objet de divergences entre ses membres. D'après le quotidien alémanique «Blick», la proposition d'instaurer un confinement plus strict en Suisse est défendue par la cheffe du Département de la défense, Viola Amherd et serait soutenue par la cheffe du Département de justice et police, Karin Keller-Sutter, ainsi que le chancelier Walter Thurnherr. Contre, peu favorables ou hésitants... En face, le chef du Département des finances Ueli Maurer paraît le plus hostile à une mesure qu'il jugerait trop drastique pour la population et l'économie suisse. Ignazio Cassis et Simonetta Sommaruga ne seraient pas très favorables non plus, tandis que les deux Romands, Guy Parmelin et Alain Berset sont hésitants. »

    Samedi 21 mars 2020, j’écrivais dans un post Facebook: « Si on écoute bien la Conférence de Presse du Conseil fédéral du vendredi 20 mars, et alors que de nombreux professionnels de la santé (dont moi-même) et certain.e.s Conseiller.ère.s d’Etat réclament un confinement complet, le Conseil fédéral n’arrive pas à se mettre d’accord sur ce confinement ! Je trouve scandaleux que notre vie puisse éventuellement dépendre d’un conseil de 7 politiques qui ne dégagent pas une majorité se rangeant à l’avis des experts de la santé. Nous avons le droit de savoir qui du Conseil fédéral est en faveur du confinement complet et qui est en défaveur ! Notre vie vaut tout autant qu’une pseudo-collégialité ! Idem pour toutes les légitimes questions quant au manque de tests, masques et solution hydroalcoolique. »

    Dans 20min.ch du dimanche 22 mars 2020, on pouvait lire: « L'économie avant la santé du peuple? L'économie a pesé lourd dans la décision de ne pas imposer un confinement total, selon le «SonntagsBlick». La faîtière ÉconomieSuisse aurait en effet pratiqué un lobbying actif pour l'éviter. Sa présidente, Monika Rühl, ne commente pas, mais met en garde contre les conséquences d'une paralysie totale. «Blick» établit aussi les positions des conseillers fédéraux: seuls Berset et Keller-Sutter seraient pour, face à Maurer suivi par Parmelin.»

    Lorsque le Conseil fédéral a pris le leadership, le lundi 16 mars 2020, déclarant la situation en Suisse de «situation extraordinaire», je me suis réjouis de cette volonté de coordination nationale. Aujourd’hui, 10 jours plus tard, je dois déchanter et reconnaître que les milieux de l’économie suisse ont bien fait et réussi momentanément leur lobbying, en muselant les cantons et en s’assurant de maîtriser le Conseil fédéral. Plus facile de convaincre 4 des 7 conseillers fédéraux que 26 Conseils d’Etat et une large majorité d’experts comme Marcel Salathé qui s’exprime dans letemps.ch du 25 mars 20204.

    Madame la Présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga (Département fédéral de l'environnement, des transports, de l'énergie et de la communication DETEC), il est encore temps de vous ranger du côté de la santé avec vos collègues Alain Berset (Département fédéral de l’intérieur), remarquable ministre de la santé respectueux de la collégialité mais que le Conseil fédéral oblige, par collégialité, à faire le grand écart lors de chaque intervention médiatisée, Viola Amherd (Département fédéral de la défense) et Karin Keller-Sutter (Département fédéral de justice et police), ainsi qu’avec le chancelier Walter Thurnherr.

    Laissez vos collègues Ignazio Cassis (Département fédéral des affaires étrangères), ancien médecin cantonal du Tessin, qui a fait un choix selon ses anciennes habitudes de conseiller national et cela contre la politique de son Canton d’origine, Ueli Maurer (Département fédéral des finances) et Guy Parmelin (Département fédéral de l’économie) qui est certes mal placé pour ne pas défendre son département, s’opposer aux recommandations des experts.

    Madame la Présidente de la Confédération, chère Simonetta Sommaruga, votre voix est prépondérante. La Suisse a plus de 3 semaines de retard et compte cruellement ses malades et ses morts ! Qui d’autres mieux que les experts de la santé et mieux que les cantons connaissent leur population ? Il est temps de permettre aux Cantons, en fonction des spécificités locales d’aller plus loin que ce que vous Conseil fédéral préconisez, vu que vos décisions sont actuellement outrageusement soumises au lobbying de certains milieux économiques nationaux. Ces milieux économiques sont aussi représentés dans les Cantons ! Laissez donc les Cantons négocier ces accords et prendre les décisions locales qui s’imposent ou ayez le courage de prononcer le confinement !

    L’Histoire jugera de votre possible choix de la santé, désormais prioritaire. Ces prochaines semaines, des vies sont encore à sauver, à l’hôpital et dans les EMS !

    Je vous prie d’agréer, Madame la Présidente de la Confédération, chère Simonetta Sommaruga, l’expression de mes sentiments respectueux et très cordiaux.

     

    Jean-Charles Rielle, médecin de santé publique, député, retraité

    ancien conseiller national et ancien Président du Conseil municipal de la Ville de Genève

     

    1 Jeudi 26 mars 2020. Blog Tribune de Genève  http://jcrielle.blog.tdg.ch

    2 lematin.ch du vendredi 20 mars https://m.lematin.ch/articles/19830192